Patrimoine

Église Saint-Sulpice

Au XIe siècle, Gautier, seigneur d’Aulnay, fait don à l’abbaye de Cluny d’une église primitive, élevée près de l’ancien château. Cet ensemble médiéval (XIIe et XIIIe siècles), en forme de croix latine, se prolonge par une nef plus moderne, sans bas-côtés, réalisée au XVIe siècle, et peut-être remaniée au XVIIe siècle. Suite aux dégâts dus à la guerre de 1870, le clocher romain est remplacé par un clocheton de forme élancée. En 1963, il est refait sous la forme d’une pyramide à quatre pans de l’époque romaine, retrouvant ainsi l’unité de style de l’édifice. En 1931, un orgue est installé sur la tribune au fond de la nef, au-dessus du porche d’entrée. Différentes parties (le chœur et le transept, la première travée de la nef) et objets mobiliers de l’église Saint-Sulpice sont inscrits à l’inventaire des Monuments historiques.

Ferme du Vieux-Pays

Les bâtiments de la dernière ferme Frotié, situés au 30, rue Jacques-Duclos, sont visibles en franchissant le portail d’accès, autour d’une grande cour pavée. Le bâtiment de gauche, près de la rue Maximilien-Robespierre, a été construit en 1932, en remplacement de l’habitation des fermiers.
À l’extrémité de la cour, entre les deux ailes, se trouve une grange. À l’intérieur, on entrevoit l’élévation de la magnifique charpente en bois de la toiture, qui peut être datée du XVIIIe siècle, supportée par d’imposants piliers en bois reposant sur des blocs de calcaire. Sur le côté droit de la cour, les écuries, construites au début du XXe siècle, pouvaient accueillir 25 chevaux. À partir des années 1960, les champs commencent à disparaître. L’exploitation de terres situées en dehors d’Aulnay permet le fonctionnement de la ferme Frotié jusqu’en 1984.

Demeure Gainville

22, rue de Sevran
Construction : XVIIe siècle.

  1. Repères historiques
    Il s’agirait de la maison la plus ancienne conservée sur le territoire de la commune. Elle rappelle le souvenir du voisinage du château démoli. Le chimiste Berthollet, qui est à l’origine de la découverte de l’eau de Javel, l’a habilitée en 1789.
    Elle est implantée dans le secteur du Vieux-Pays, dont elle constitue l’un des derniers vestiges avec l’église, la Ferme du Vieux-Pays et quelques maisons. Son jardin a été conservé et transformé en parc public. Les communs ont été démolis en 1983, la serre a disparu. Une période d’abandon a modifié le dessin de la façade : disparition des chaînes d’angle, disparition des persiennes, modification des encadrements.
    Réhabilitée par la Ville, elle accueille aujourd’hui l’espace Gainville, dédié aux expositions d’art. La maison abrite les bureaux de l’association du Cercle archéologique et historique de la région d’Aulnay (Cahra), qui a largement participé à la réhabilitation de l’édifice.
  1. Architecture
    La demeure Gainville est le seul exemple d’architecture classique conservée, avec sa maçonnerie de moellons hourdée au mortier de chaux, ses cloisons en brique pleine et carreaux de plâtre, sa charpente en chêne et sapin. L’encadrement des baies en pierre de taille est particulièrement remarquable. La façade est décorée de pilastres, d’une corniche et d’un bandeau au premier étage, de lucarnes et d’œils de bœuf en zinc estampé, dans le toit à comble brisé. Le jardin d’hiver a malheureusement disparu. Mais le parc borde toujours la demeure.

Hôtel de Ville

Construction : 1931 (plans), 1932-1934 (travaux)
De George Levèque. 

  1. Repères historiques
    Construit dans les années 1930, l’Hôtel de Ville d’Aulnay s’inscrit dans une continuité formelle avec ceux édifiés avant 1914.
  2. Architecture
    Il s’en distingue par un plus grand dépouillement du décor. Seules les inscriptions, le fronton avec horloge et le campanile présentent les emblèmes républicains et habillent la façade en calcaire de Comblanchien et en roche de Saint-Maximin (Oise). Ce vaste édifice a été construit sur un plan rectangulaire, destiné à être vu de toute part. Avec son campanile visible de loin, il est un véritable point de repère urbain. L’édifice est mis en scène avec perron central sur trois travées et balcon central. Ses espaces verts contribuent à le mettre en valeur.

Villa et oratoire Dumont

12, boulevard du Général Gallieni
Construction : 1886
1989-1990 : extension, de F. Vacher.

  1. Repères historiques
    L’abbé Dumont a été l’un des fondateurs du lotissement du parc d’Aulnay. Sa nièce fera don de la maison et du parc à la commune. La villa abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale.
  2. Architecture
    Cette demeure de villégiature est dite de style "historicisant", notamment d’inspiration Renaissance. Elle présente à ce titre une modénature particulièrement remarquable : les épis de faîtage, la frise faîtière ajourée en zinc, la lucarne fronton, la corniche à modillons et cabochons, le bandeau avec frises de palmettes, les balustrades, la tourelle, etc.
    À noter également dans le jardin, l’édicule. Il s’agit d’un "oratoire" : une urne à motifs égyptiens (fabrique Dumont et Pizet à Roanne), abritée par un petit toit décoré d’éléments en céramique, porté par quatre fûts de cheminée en terre cuite. La façade de la villa présente un dessin d’appareillage de pierres ciselées. Le toit en pavillon est couvert d’ardoises, le toit polygonal de la tourelle de petites tuiles émaillées en écailles, et celui de la chapelle de petites tuiles plates de Bourgogne.
Bibliothèque Dumont
Back to Top