Pour la ville, sa stratégie de développement économique se doit d'être au service des Aulnaysiens. Aussi, elle prend en compte tous les aspects économiques, sociales et environnementales.

Un pôle d'emploi toujours attractif

Une commune à l'assise économique reconnue

Bénéficiant d'une situation géographique remarquable au sein de la Seine-Saint-Denis, Aulnay-sous-Bois s'inscrit dans la dynamique de la plate-forme aéroportuaire de Roissy - Charles de Gaulle (65 000 emplois). La commune bénéficie d'un réseau de desserte notable au sein de la Région Ile-de-France, en termes autoroutiers et routiers (A1, A3, A104, RN2), et de transports en commun avec le RER B- dont le trafic varie de huit à vingt rames par heure, gage premier d'attractivité des entreprises.
Les activités économiques représentent plus de 3 000 entreprises, 25 000 emplois salariés et 9 000 emplois publics, Aulnay-sous-Bois est le troisième pôle d'emploi du département (derrière Montreuil et Saint- Denis), sans équivalent dans les communes limitrophes, avec un taux d'emploi de 1,06. Il engendre le deuxième plus haut niveau de revenu fiscal départemental, derrière Saint-Denis en 2002.
L'emploi salarié privé constitue 78% des emplois de la commune. Aulnay-sous-Bois abrite de grandes entreprises d'envergure internationale, dont les effectifs dépassent les 500 salariés, telles Carrefour France ou L'Oréal, dans les mêmes proportions que pour le département en 2001-2002 (1,8% du total des entreprises de la commune) et implantées dans les Zones d'activité économiques.
Cependant, les entreprises de moins de dix salariés sont plus représentées qu'en moyenne dans le département (respectivement 88,4% contre 81%).
Hors les ZAE, le tissu communal est riche de petites entreprises, implantées de longue date et relativement stables, qui fournissent 30% des emplois

Les ZAE sont principalement implantées dans le Nord-Ouest. Plusieurs zones on été édifiées côte à côte, indépendamment les unes des autres. Elles forment en fait une grande entité. Si on y inclut le centre commercial Parinor, la superficie totale de cet ensemble dépasse les 300 hectares, constituant une base pour une réelle puissance économique. S'y ajoutent la zone de la Croix-Saint-Marc, de création plus récente, et la zone de Chanteloup, située au Sud-Est de la commune et de taille plus réduite.

Le poids des zones d'activités économiques est variable. Le centre-gare est assimilé dans l'analyse à une ZAE du fait de la concentration des entreprises dans ce secteur attractif. La répartition des entreprises selon leur nombre et leurs effectifs montre :

  • la prédominance des TPE - PME - PMI dans la zone d'activités économiques (ZAE) de la Croix Saint-Marc, le centre gare et en diffus.
  • les ZAE du Coudray, de la Fosse à la Barbière, de Chanteloup, de la Garenne-Les Mardelles, de Garonor, accueillent des entreprises de taille moyenne ou grandes (L'Oréal).
Répartition des emplois salariés privés par secteurs d'activités
Nbre Etablissements Nbre Salariés
Total Aulnay-sous-Bois 1 556 25 009
Industrie automobile 4 6 763
Commerce 437 5 379
Services aux entreprises 183 3 184
Transports 166 2 812
Industries des biens de consommation 28 1 613
Construction 189 1 314
Services aux particuliers 189 1 209
Education, santé, action sociale 115 1 158
Education, santé, action sociale 115 1 158
Activités immobilières 94 425
Activités financières 42 340
Administration 28 265
Industries des biens intermédiaires 28 236
Industries agricoles et alimentaires 34 158
Industries de biens d'équipement 19 153

Source : UNEDIC 2003

Une place prépondérante pour le secteur de l'industrie

Avec 8927 emplois privés, il concentre 35,7% ce ceux-ci. L'industrie automobile prédomine avec un quart des emplois salariés (25% des salariés et 0,3% des entreprises). Le commerce offre également un nombre d'emplois important, comme un grand nombre d'entreprises : 27 % du total des entreprises et 21% des salariés. Puis viennent les transports et la logistique qui représentent 10,1% des entreprises et 11% des salariés. Les services aux entreprises (11,7% des entreprises et 15 % des salariés), les services aux particuliers (13% et 4,8%) et la construction (12,3% et 5%) sont sous-représentés en comparaison avec la Seine Saint-Denis.

Des secteurs dominants par zones d'activités

L'analyse de la répartition géographique des effectifs par secteurs d'activités, montre : - le poids attendu en effectifs salariés des ZAE , La Garenne-Les Mardelles ou Chanteloup qui accueillent des activités industrielles ; - le coeur de ville et le tissu économique diffus concentrent les entreprises de services aux entreprises. Elles représentent respectivement 42%, 56%, contre 41%, 23% d'entreprises de services aux particuliers ; - les ZAE de Garonor, La Fosse à la Barbière, la Croix Saint-Marc, sont, elles, davantage spécialisées dans la logistique.

Les enjeux en matière de développement économique

Consolider le tissu économique existant

Parallèlement à un travail d'observatoire et de connaissance approfondi du tissu local, de ses évolutions et de ses attentes, des actions immédiates sont mises en oeuvre :
- une politique de services aux entreprises (restauration, transport, services bancaires et postaux, gestion des déchets….) . Le nouveau pôle de services, au sein des ZAE du nord-ouest, s'y emploie,
- le renforcement des secteurs d'activités fondatrices de la dynamique communale, - le maintien de la mixité fonctionnelle au sein des secteurs où l'habitat prédomine, pour des activités restant compatibles avec celle-ci est préservé au sein du règlement du PLU dans les secteurs d'habitat.

Définir un positionnement stratégique identifiable

Ces démarches auront un rôle rassurant sur la dynamique locale et prépareront la dynamisation économique sur fond de mutations plus lourdes, en définissant un positionnement stratégique identifiable .Un plan de communication devrait annoncer et mettre en valeur ces démarches d'exploration du tissu économique mais aussi la politique de requalification des zones et la création de nouvelles solutions foncières.

Assurer la reconquête économique du territoire en recherchant une complémentarité avec le pôle de Roissy

Il s'agit de poser l'image économique d'Aulnay en recherchant une synergie avec Tremblay, Villepinte, voir Gonesse, avec lesquelles Aulnay constitue la porte d'entrée du pôle de Roissy, qui se développe au-delà de l'aéroport.

Etablir pour le plus long terme un projet valorisant des zones d'activités du Nord de la commune

Ce projet se traduit dans le PLU :
- par le PADD qui affiche en quatrième objectif l'enrichissement de la dynamique économique pour s'inscrire dans l'évolution de l'agglomération parisienne, pour retenir et attirer de nouvelles activités économiques,
- par une orientation d'aménagement spécifique : Restructuration de la zone d'activités économiques de la Garenne, des Mardelles, de la Fosse à la Barbière,
- par l'inscription d'un secteur de constructibilité limitée dans l'attente d'études complémentaires, simplification et assouplissement des règles du zonage de ce secteur, inscription de servitude pour une voirie structurant nord-sud à créer et d'emplacement réservé pour élargissement.

Favoriser l'accessibilité des zones d'activité en transports en commun en liaison avec le centre-ville, Gonesse,...

Des aménagements fonciers et immobiliers lourds pourront ensuite se développer, si nécessaire, dans le cadre d'un projet urbain partenarial. Un outil d'intervention en matière foncière et d'aménagement, sera à mettre en oeuvre pour remembrer les parcs existants.
En la matière, les objectif du PADD, outre celui touchant à l'économie comme : Renforcer les centralités aulnaysiennes et les orientations d'aménagement de secteur : Aménagement d'un axe est-ouest au sud de la voie ferrée et Restructuration de la zone d'activités économiques de la Garenne, des Mardelles, de la Fosse à la Barbière, complétés par les périmètres de constructibilité limité devraient permettre de préparer ces futurs interventions et aménagements.